Hommage

Posted by Mahina on 06/04/2007

On n’est pas insensible à Rimbaud, quand on a dix-sept ans….
Le Voyageur


C’était un simple voyageur
On le voyait sur les chemins
A la recherche de  son destin
Ou put-être simplement d’un bonheur

Seul au milieu d’un océan
Ce n’était qu’un étranger
Avec sa poussière plein les pieds
Sur ce beau désert brûlant

Il avait dans son regard des flammes
Un cri, la joie,  des passions en lui
Il rêvait, pleurait, aimait la vie
Il n’était vraiment pas banal

Mais, voilà, un jour il s’est couché
Pour ne jamais plus se relever
Ses grands yeux noirs fixaient le néant
Il possédait quelque chose de troublant

Céline Bigot ( Collège Paul Drouot, 3ème, Vouzier, 1989)

71 Comments