Au Cayolar des silences murmurés

Posted by Mahina on 02/11/2016
rueba-del-bozo-10.07-018
.

Au Cayolar, Le silence est revenu. Le feu a fait son œuvre, comme les bergers qui font l’écobuage pour que tout renaisse….

Les murmures se font intérieurs, douceur ou tempête, nul son ne passe la frontière du réel.

.

Au Cayolar, Les silences accompagnent les pas des isards furtifs, des marmottes qui s’empressent d’hiberner, l’hiver arrive à grands pas dans les montagnes, des vautours qui d’un coup d’ailes font s’envoler les petits pour un premier essai dans le soleil levant.

.

Au Cayolar, Les murmures se font prières intérieures, La beauté des premières neiges sur les sommets donne au randonneur la plénitude.  Celle ci l’habite  pour un temps, puis vient le moment du doute ou de la lassitude ou encore de la tristesse.

Mais viennent les mots amis, les photos des endroits aimés, la certitude de retourner là-haut…. et tout est bien!

P7200245

Du Cayolar, je n’en garderai qu’un….

Musique du coeur

 Le silence se tait parfois,
il écoute,
heureux….
d’avoir enfin à prêter l’oreille

Souffle de vie,
paroles au loin,
des mots qui résonnent
de Toi,
sans toujours Te nommer,
mais toujours là…

Petite musique,
ritournelle
du coeur,
d’un morceau de piano
en sourdine
qui accompagne ce silence qui parle….

etoile1

 

15 Comments

  • Marie dit :

    Comme tout cela est beau Mahina. Quelle musique intérieure résonne dans ces mots! Merci.

  • gigoulette dit :

    Texte très doux, très beau pour accompagner deux photos qui cachent les terres brûlées!
    Gigi

  • Yannn dit :

    En plus de la douceur de tes textes, je découvre ce mot de cayolar. Peut être une cabane de berger et son domaine pastoral, en pays basque. Amicalement. Yann

  • Balaline dit :

    Et le silence soudain se fit tendresse
    un fil accroché aux nuages
    une étoile là-haut comme un refuge
    le plateau qui s’enveloppe de nuit
    mille petites vies tout autour
    une nuit un jour
    une espérance
    et soudain
    une joie sur le chemin

  • Chinou dit :

    Il n’est donné d’entendre « ce silence qui parle » qu’à ceux qui aiment la nature, la simplicité des paysages authentiques. J’ai l’impression que ton billet cache une souffrance. Mes pensées vont vers toi. Bises.
    Chinou

  • Quichottine dit :

    Un silence qui sait apaiser, qui accompagne nos pensées.
    Là-haut, les bruits de la ville se taisent, la nature retrouve ses droits, encore un peu…
    Je me dis que j’aimerais pouvoir y grimper, être l’un de ces isards ou une marmotte attentive…
    Mais pour eux le moindre bruit est danger, prétexte à une fuite dont nous voudrions qu’elle ne les conduise pas au loin, trop loin, trop vite.
    Là-haut, le temps est différent.
    Sans aucun doute.
    Ce temps qui semble nous manquer trop souvent, ici.
    Je t’embrasse fort, Mahina.
    Il reste les pensées, les mots cachés, la musique, et un silence où la tendresse murmure encore.
    Prends bien soin de toi.

  • Marie Minoza dit :

    Une page toute pleine de silence, de beauté, de poésie et de musique!

  • yannn dit :

    La revue de presse te remercie pour ta visite.
    Du coup, je révise le mot « Cayolar » que tu m’as fait découvrir.
    Je te souhaite un bon début de semaine. Yann

  • marine D dit :

    Il y a des silences qui font du bien
    Qui réchauffent le coeur
    Illuminent l’âme
    Ces silences que la montagne garde en elle
    Et que l’on retrouve dans le miroir des lacs
    Dans la beauté des neiges éternelles
    De nos chères Pyrénées
    Où vivent en paix izards et marmottes
    Et tous les oiseaux qui peuplent ses grands espaces !

    Merci pour ta belle page Mahina

  • Marieluce dit :

    Il est des silences qui en disent long, et qu’il faut simplement savoir « écouter » !

  • Fleur de Sarrance dit :

    Les mots se sont mis au secret
    ils se lovent dans un petit coin au chaud
    ils ne sont pas toujours prêts à chanter ou à dire
    mais il existe des silences qui nous invitent
    tu le sais bien, sur les sentiers.
    La page ne peut se fermer
    puisqu’il y aura d’autres images,d’autres partages
    de nouveaux mots à tisser

  • yannn dit :

    Ta visite me permet de revenir chez toi, cette fois ci pour relire ton texte qui parle des voix et des silences. En montagne, ces mots se font l’écho, et une deuxième fois répétés. Si les mots sont doux et enjoués, les montagnes alentours ne se lasseront pas de les répéter.
    Amicalement. Yann

  • celine dit :

    waouh tes textes sont magnifiques, j’adore, c’est plein de vie et de peps. superbes photos, tu me fais rever. merci. bises. celine

  • Chinou dit :

    Ne t’en fais pas Anne Marie, si tu n’as pas visité toutes mes pages. C’est vrai que ton passage me fait toujours plaisir ainsi que tes coms mais je comprends que , tout comme moi, tu n’as pas toujours le temps. A très bientôt quand même.

  • fmarmotte5 dit :

    Quand le « silence parle  » : tout est dit. je pars aussi où les pierres (cayolles) murmures. Salutations